Conseils pour installer une douche à l’italienne

Ce qu’il faut savoir pour installer une douche à l’italienne

Vous avez, vous aussi, succombé au charme d’une douche à l’italienne ? Votre salle de bains vous offre suffisamment de place pour vous offrir ce plaisir ? Elle possède en effet de nombreux atouts et notamment celui de vous offrir plus de place qu’une douche traditionnelle. Mais avant de vous lancer dans son installation, il y a certaines choses dont vous devez prendre connaissance.

Le choix de la douche à l’italienne

Il existe de nombreux modèles de douche à l’italienne, certaines offrent une paroi qu’elle soit vitrée ou carrelée, d’autres non. Dans tous les cas, vous bénéficiez d’une douche de plain-pied car le bac à douche et le receveur ne forment qu’un.

Pour vous faciliter la pose, il est recommandé d’utiliser un kit de receveur à carreler. Il contient un receveur fabriqué en polystyrène extrudé qui peut être découpé pour être adapté aux bonnes dimensions. Celui-ci dispose d’une légère pente qui permet l’évacuation de l’eau. Vous y trouverez également un siphon ainsi que la grille qui se situe au-dessus.

Si vous n’avez pas prévu l’installation d’une douche à l’italienne au moment de la construction de la maison, vous devrez réhausser la dalle pour permettre le passage des canalisations. Pour limiter la hauteur de la marche ainsi créée, optez pour un receveur extra plat. C’est la solution qui vous limite l’importance des travaux.

L’étanchéité de la douche à l’italienne

Pour que vous puissiez profiter de votre douche en toute quiétude, vous devez vous assurer que l’étanchéité entre les murs et la douche est parfaite. Et, il est indispensable que l’aménagement permette à l’eau de s’écouler facilement. Pour cela, vous devrez donc être particulièrement attentif au moment de l’encastrement du siphon et de la canalisation des évacuations.

Par ailleurs, la pose de bandes d’étanchéité sur le receveur et les pourtours de la douche vous permettra d’améliorer encore l’étanchéité de la douche. Avec le kit, l’encastrement du siphon et les pose des bandes sont facilités.

L’évacuation de la douche à l’italienne

L’évacuation est le point-clé pour votre douche. Étant à même le sol, il est indispensable que votre siphon soit de qualité et que l’inclinaison soit respectée. Par ailleurs, le diamètre de la bonde doit être de 90 mm et celui de la canalisation d’évacuation de 50 mm. Ces mesures sont nécessaires pour garantir une bonne évacuation.

Enfin, pour garantir l’horizontalité du receveur, un ragréage peut s’imposer. Il peut être réalisé avec un enduit fluide facile à étaler.

Repeindre du carrelage mural

Comment repeindre du carrelage mural ?

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de s’offrir un nouveau carrelage pour en changer. En effet, avec la peinture murale, vous changez de décoration à moindres frais. Elle s’applique aussi bien sur la faïence de votre salle de bains, le grès cérame de votre crédence ou encore la mosaïque du salon. Toutes les peintures spéciales carrelage, qu’elles soient pour la cuisine ou pour la salle de bains, sont résistantes à l’humidité et aux variations de températures. Alors si vous êtes intéressé par repeindre votre carrelage mural, voici toutes les étapes à suivre.

Préparez la surface à peindre

D’une manière générale, la peinture doit s’appliquer sur une surface sèche, propre et lisse. Cela est valable pour la peinture murale. Dans le cas contraire, elle va fissurer et/ou s’écailler.

Pour préparer le support, vous devez remplacer les carreaux absents ou ceux qui sont trop abîmés et ne peuvent pas être réparés. Pensez également à reboucher les trous dans les joints. Une fois cela fait, lessivez toute la surface. Vous pouvez également dégraisser, notamment pour le carrelage dans une cuisine, avec de l’acétone ou de l’alcool à brûler. Laissez ensuite sécher pendant 24 heures avant de passer à l’étape suivante.

Protégez la pièce

Lorsque vous allez peindre, il est possible qu’il y ait des éclaboussures. Pour ne pas avoir un grand travail de nettoyage à effectuer ensuite, pensez à protéger tous les éléments de la pièce qui ne doivent pas être peints. Retirez de la salle de bains, tout ce qui peut l’être puis protégez le sol à l’aide d’une bâche. Ensuite, délimitez les zones à peindre avec un scotch adhésif de masquage. Appliquez-le également autour des prises et interrupteurs et au-dessus des plinthes. Petite astuce: pensez à le retirer avant que la peinture ne soit sèche car cela éviter qu’il n’accroche la peinture.

Poncez le carrelage et posez la sous-couche

Utilisez du papier de verre fin pour poncer votre carrelage mural. Grâce à cela, la sous-couche de peinture adhérera plus facilement.

Concernant la sous-couche, mélangez-la jusqu’à obtenir un résultat homogène. Utilisez ensuite une brosse à réchampir pour peindre les bordures de la surface à peindre. Procédez carreau par carreau puis passez le rouleau en faisant des mouvements croisés c’est-à-dire des mouvements horizontaux puis verticaux. Laissez ensuite sécher pendant 24 h.

Appliquez la peinture

Le support est maintenant prêt à recevoir la peinture murale. Une fois appliquée, laissez-la sécher pendant 8 heures avant de faire une seconde couche.

Appliquez la finition

Sur certains supports particulièrement exposés ou pour certains matériaux comme la résine ou l’enduit, il peut être nécessaire d’appliquer une finition qui va durcir le revêtement. Il faut compter 24 heures pour que la peinture murale sèche et 3 jours pour que le revêtement durcisse. Durant ce laps de temps, il faut éviter toute projection d’eau.

Redonner une seconde vie à votre carrelage mural est facile à faire. Il suffit de respecter scrupuleusement chacune de ces étapes !

Le ravalement de façade

Comment faire un ravalement de façade ?

Les murs de votre maison commencent à se détériorer ? La peinture s’écaille ? Vous avez observé des problèmes d’étanchéité ? Ce sont là des signes qui montrent qu’un ravalement de façade s’impose. Par ailleurs, même si vous ne notez pas de défauts majeurs, il faut savoir qu’il est recommandé d’effectuer un ravalement de façade tous les 10 à 15 ans. Cela permet de conserver l’enveloppe de votre maison en parfait état.

Faire un ravalement de façade n’est pas difficile, il vous suffit de suivre les étapes que je vais vous décrire ici.

La première étape consiste à réaliser un nettoyage de façade. 

Commencez donc par faire un état des lieux de vos murs afin d’évaluer son état et d’étudier leurs imperfections. Si les murs sont très sales, vous pouvez utiliser un nettoyeur à haute pression pour les décrasser. Sous la pression de l’eau, la saleté, les parties friables mais la peinture écaillée partiront, vous aurez ainsi place nette pour faire le ravalement. Par contre, si vos murs sont poreux, l’utilisation du nettoyeur haute pression est à proscrire. Il faut plutôt utiliser une brosse métallique pour éliminer la poussière et effectuer un traitement anti-mousse pour débarrasser vos murs de la végétation.  Enfin, si vos murs laissent l’eau s’infiltrer (des traces de moisissures apparaissent sur vos murs intérieurs et la peinture cloque), avant de faire un ravalement de façade, vos murs doivent subit un traitement hydrofuge. Ce traitement empêchera que de nouvelles infiltrations aient lieu.

Votre façade étant maintenant totalement propre, il faut réparer les fissures.

Si ce sont des microfissures (moins d’un millimètre), il vous suffira de poser une sous couche de fixation pour les faire disparaître avant de continuer votre ravalement. Si ce sont des fissures d’une taille plus importante, il faut les brosser et les gratter pour enlever les poussières. Vous pouvez élargir un peu avec un grattoir pour vous faciliter le colmatage des fissures avec un enduit de rebouchage. Vous pouvez également utiliser un mastic spécial extérieur. Pour un rendu esthétique, lissez avec un couteau à enduire. Vous pouvez maintenant appliquer une sous-couche.

L’étape suivante est l’application d’une peinture de façade.

Vous aurez à choisir entre une peinture pliolite et une peinture acrylique. La première est à base de résine et possède un fort pouvoir couvrant. Elle offre également une meilleure résistance à l’humidité. La seconde est plus facile à appliquer, dégage moins d’odeur et est plus résistante aux UV. Ces peintures se déclinent en de nombreuses couleurs. Toutefois, pensez à vous renseigner auprès de votre commune avant de choisir car il y a parfois des teintes de couleur à respecter.

Pour peindre sans en mettre partout et vous donner beaucoup de nettoyage à faire ensuite, pensez à protéger les encadrements des portes et fenêtres et les sols. Commencez ensuite par peindre les angles et les coins du côté sur lequel vous peignez. À l’aide d’un pinceau, faites les recoins qui sont inaccessibles avec le pinceau. Vous pourrez alors terminer par le rouleau. Pour une bonne peinture homogène, commencez par le haut de la façade et peignez de bas en haut. Laissez ensuite sécher et voyez s’il est nécessaire de faire une seconde couche pour que votre façade soit bien recouvert.

Vous aurez ensuite une façade comme neuve et êtes tranquille pour les 10 à 15 prochaines années !

Poser une nouvelle prise électrique

Comment poser une nouvelle prise électrique ?

Vous engagez d’importants travaux de rénovation et vous devez installer de nouvelles prises ? Vous ne voulez pas voir des fils traînés partout par terre alors il n’y a qu’une solution : avoir plus de prises. Le souci est que vous ne savez pas comment installer une nouvelle prise ? Ce n’est pas grave, voici toutes les informations pour installer une nouvelle prise.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe des normes en termes de branchements électriques et que ceux-ci sont à respecter pour avoir une installation de prise qui vous garantisse une grande sécurité. C’est la norme NFC 15-100 qui est en vigueur dans ce domaine. Celle-ci reprend un schéma électrique à suivre car il détaille les branchements à effectuer pour que vous puissiez relier les prises aux disjoncteurs. Cette norme indique notamment que sur un disjoncteur 16 A, vous devez relier au maximum 5 prises et pour un disjoncteur 20 A, c’est 8 prises au maximum.

Pour ce qui est des branchements, il faut relier la phase du disjoncteur à la borne L de la première prise. Reliez ensuite le fil neutre du disjoncteur à la borne N de la première prise et enfin de celle-ci à la nouvelle prise. Branchez le fil de terre du disjoncteur aux différentes prises.

Afin de vous aider à vous repérer, voici le code couleur des fils :

– le fil bleu c’est le fil neutre

– le fil jaune et vert c’est le fil terre

– le fil rouge ou marron c’est la phase

Rassemblez ensuite le matériel nécessaire pour réaliser la mise en place d’une nouvelle prise. Vous aurez besoin de :

– tournevis (un plat et un cruciforme)

– une pince à dénuder

– une scie à cloche

– des fils électriques

– un mètre

 – un crayon

– une prise électrique

– et un testeur d’électricité

Vous avez maintenant tout ce qu’il faut pour installer une nouvelle prise électrique. Voici la méthode à suivre :

– Coupez le courant et utilisez le testeur pour vous assurer qu’il est bien éteint.

– Dévissez la prise initiale afin d’accéder aux branchements électriques de celle-ci.

– Libérez l’accès à l’arrivée de courant de la prise pour pouvoir vous brancher dessus.

– Utilisez la scie à cloche pour faire un trou dans le mur et encastrer la nouvelle prise. Pensez avant à prendre vos mesurer pour que les prises soient à la même hauteur.

– Posez le boîtier à encastrer dans le trou.

– Raccordez les fils dans la prise existante. Conseil : Faites passer les fils dans le cloison si possible cela évitera qu’il soit vu ce qui manque d’esthétique. Si ce n’est pas possible de les passer dans la cloison, passez les dans une plinthe ou des baguettes, ainsi pas de fils qui traînent.

– Raccordez les fils à la nouvelle prise. C’est à ce moment qu’il faut veiller à bien respecter le schéma des branchements expliqué plus haut.

– Remettez le courant en marche et testez la nouvelle prise.

– Remontez les prises.

Installer une nouvelle prise n’exige que peu de matériel, de temps et de compétences en électricité. Toutefois, il faut bien respecter les étapes et les normes pour avoir une prise dont vous pourrez vous servir en toute sécurité alors si vous avez des doutes n’hésitez pas à faire appel à un électricien professionnel.

La rénovation d’un mur en pierres

Raviver le cachet de votre habitation grâce à la rénovation de votre mur de pierres !

Vous avez choisi une maison ancienne pour avoir une maison en pierres ? Vous aimez le cachet qu’elle lui apporte ? Le souci c’est que l’ancien propriétaire ne les a pas entretenues et certaines d’entre elles ont tendance à s’abîmer ? Pour rétablir tout l’esthétique lié au fait d’avoir un mur en pierres, pensez à la rénovation de mur en pierres !

Comment savoir si c’est le bon moment de rénover votre mur ?

Avant de vous engager dans de gros travaux, assurez-vous que c’est le bon moment pour entamer une rénovation de mur en pierres. Pour le savoir, il vous suffit de vous poser les bonnes questions : est-ce que vos murs sont moins solides ? Est-ce qu’ils ont des fissures ? Est-ce que les joints s’effritent ? Est-ce que les briques sont abîmées ? Est-ce qu’il manque des briques ? Si la réponse à l’une ou à plusieurs de ces questions est oui alors un rénovation de votre mur en pierres s’impose.

Commencez par l’étape des préparations

Faire une rénovation de murs en pierres exige d’avoir du matériel adapté comme un échafaudage et un harnais de sécurité pour vous permettre de travailler en hauteur en toute sécurité. Prenez garde aussi de bien protéger le chantier afin que personne ne passe à proximité de l’échafaudage.

Une fois la mise en place faite, la première étape est de préparer vos murs. Il faut donc les nettoyer. Si vos murs sont fragilisés, utilisez une brosse de crin,de l’eau et du savon doux, c’est ce qui sera le moins nocif pour eux.

La préparation du mortier

Pour rénover votre mur de pierres, votre mortier doit se composer de :
– 3 volumes de sable
– une demi-dose de ciment blanc
– une demi-dose de chaux
– de l’eau
Avec ces proportions, le mortier doit être homogène, souple et épais pour ne pas couler lorsque vous allez le poser.
Si cela vous semble compliqué à réaliser dans les bonnes proportions et que vous craignez de ne pas avoir un bon mortier, sachez qu’il existe des mortiers tout prêts à l’emploi que vous aurez seulement à diluer dans l’eau. Par ailleurs, le mortier doit être résistant aux intempéries alors si vous n’êtes pas certain de votre choix, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel.

La technique de rénovation des murs en pierres

Munissez-vous d’une truelle pour mouiller les joints et les combler. Soyez généreux pour avoir un recouvrement de qualité. Vous lisserez ensuite le mortier de façon à obtenir une surface plate. Laissez ensuite sécher 24 heures, le temps que les joints durcissent. Utilisez ensuite une brosse à chiendent pour brosser les joints et faire apparaître les pierres. S’il reste des traces de laitance de chaux, prenez une éponge et du vinaigre blanc et il n’y aura bientôt plus rien !

Lorsque le mur en pierres est particulièrement fragile ou s’il est humide, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel car les risques de voir votre mur se détériorer davantage sont importants.Il vaut mieux s’en remettre à un professionnel pour avoir un rendu parfait.

Le nettoyage de toiture : Comment faire ?

Comment faire pour entretenir sa toiture ?

 

Au fil du temps, votre toiture est recouverte de mousses et de lichens ? Résultat, on distingue de moins en moins la couleur de vos tuiles et ce n’est pas vraiment esthétique ? Il est temps de procéder à un nettoyage de votre toiture, oui mais comment procéder ? Je vous explique tout !

 

Tout d’abord, il faut savoir que si le nettoyage au Kärcher est très répandu, il est aussi déconseillé car dans bien des cas, la puissance du jet abîme les tuiles. Certes lorsque les toitures sont très sales, il est efficace et rapide mais si vous endommagez votre toiture, vous serez alors dans l’obligation de la faire réparer. Il est donc préférable d’utiliser une brosse et un produit neutre spécial toiture. Certes la méthode est plus fastidieuse mais tout aussi efficace que le Kärcher mais moins dangereuse pour vos tuiles. Attention, il faut bien utiliser un produit spécial toiture et non de la javel. En effet, celle-ci attaque le matériau de vos tuiles et peut les rendre poreuses. Par ailleurs, l’évacuation de la javel dans les gouttières est dangereuse. En effet, si la javel entre en contact avec votre gazon, elle risque fortement de l’endommager. L’eau de javel est donc à proscrire pour un nettoyage de toiture.
Lors de votre nettoyage de toiture, vous serez peut-être confronté à des traces de suie notamment si vous utilisez une cheminée. Ces traces peuvent être particulièrement difficiles à retirer. Toutefois, il existe des produits spéciaux pour la suie qui vous aideront à faire disparaître ces traces noires sans rien abîmer.

Une fois que vous aurez nettoyé toute votre toiture avec une brosse et un produit spécial toiture, elle aura retrouvé toute sa beauté d’avant mais le nettoyage de toiture ne s’arrête pas là. En effet, il faut ensuite empêcher les végétations comme les mousses et les lichens de venir s’installer de nouveau sur votre toit. Pour cela, vous devrez appliquer un produit anti-mousses. Certains exigent un rinçage d’autres non, certains ont une action lente, d’autres sont plus rapides. À vous de voir le produit qui vous convient le mieux.
Outre ces produits anti-mousses que vous trouverez en commerce, il existe une astuce toute simple pour éviter la repousse des mousses. Il s’agit de fils de cuivre à poser tout en haut de la toiture. Lorsqu’il pleut, l’eau oxyde le cuivre et cette oxydation permet de repousser la repousse des végétations. Ces fils sont à changer tous les 5 ans.
Après ce traitement anti-mousses, il faudra encore applique sur votre toiture un produit hydrofuge. Celui-ci permet à l’eau de glisser sur votre toiture au lieu de s’infiltrer dans les matériaux et de provoquer des infiltrations d’eau. En règle générale, il faut appliquer plusieurs couches et que le matériau absorbe bien le produit. Attention, pour pouvoir appliquer ce type de produit, il faut que vos tuiles puissent encaisser ce traitement. Si elles sont trop fragiles, elles risquent de devenir poreuses. Alors, si vous n’êtes pas sûr de vous, demandez l’avis d’un artisan couvreur, il saura vous conseiller. Certains produits sont anti-mousses et hydrofuge, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un professionnel pour choisir le produit qui vous convient le mieux.

 

Vous savez maintenant tout ce qu’il y a à savoir pour réaliser un nettoyage de toiture. Si vous décidez de le fire vous-même, il faudra penser à vous équiper en conséquence. Il faut que que vous puissiez accéder et vous déplacer sur votre toit en toute sécurité. De plus, il faut savoir que les produits utilisés dégagent de fortes odeurs qui peuvent provoquer des étourdissements. Enfin, il faut savoir que lors du nettoyage de toiture, vous risquez de salir vos murs, il faudra donc en prévoir un nettoyage. Toutefois, si vous n’êtes pas très à l’aise avec les travaux en hauteur ou que vous ne disposez pas du matériel adapté, il est préférable de faire appel à un couvreur.

Le remplacement de tuiles

Une de vos tuiles est cassée ? Faites-la remplacer !

 

Votre toiture est l’un des éléments importants de votre habitation.Elle vous protège vous des intempéries mais aussi tous les meubles qui sont à l’intérieur. Seulement au fil du temps, les tuiles s’usent et peuvent ne plus être assez résistantes en cas de choc ou se casser en étant soulevée à cause d’une rafale de vent. Dans ce cas-là, un remplacement de tuile s’impose.

Pour faire un remplacement de tuile, il faut avoir le matériel nécessaire pour monter en hauteur. N’oubliez pas de prendre toutes les précautions nécessaires. Fixez l’échelle et mettez des chaussures antidérapantes. Pour changer une tuile, il faut soulever les deux tuiles qui couvrent celle qui est à remplacer puis mettre deux cales sous ces tuiles pour qu’elles restent légèrement surélevées. Si la tuile n’est pas fixée sur la charpente, il suffit de faire un mouvement de levier pour l’enlever. Si elle est fixée, il faut préalablement scier le clou de fixation. Ensuite, vous pouvez positionne la nouvelle tuile entre les deux autres tuiles surélevées. La tuile doit dépasser le liteau et les tenons doivent parfaitement s’emboîter. Vous pouvez ensuite retirer les cales. Si les autres tuiles sont clouées, faites de même avec celle-là. L’opération sera à renouveler sur chaque tuile qui doit être changée.

Toutefois, si changer une tuile peut sembler simple, par sa dangerosité l’acte exige souvent d’être réalisé par un professionnel. De plus, un couvreur, grâce à son œil expert, saura très rapidement détecter si votre toiture a des problèmes. Il peut en effet s’avérer que les tuiles cassées ne soient pas le seul problème. Il se peut que le faîtage ait besoin d’être rénové, que le scellement au mortier présente des craquelures ou encore que certaines tuiles soient trop poreuses et nécessitent d’être changées.

Une tuile en bon état et bien ancrée, c’est une tuile qui permet un bon écoulement de l’eau vers les gouttières. Elle offre également une meilleure résistance au vent, et bien ancrée, elle évite que celui-ci ne s’engouffre. Cela évite que les rongeurs et oiseaux ne profitent de ce soulèvement pour venir s’installer dans vos combles. Et, une tuile en bon état et bien ancrée assure une étanchéité parfaite même lorsque l’étanchéité est parfaite comme c’est le cas lorsqu’il y a de la neige. Il est donc plus que primordial de faire remplacement vos tuiles cassées ou trop usées. Cela ne coûte pas très cher et ne prend que peu de temps au couvreur pour enlever la tuile et la remplacer. Il serait donc dommage de laisser l’eau s’infiltrer et endommager votre habitation.

Pour que votre toiture fasse son office de protection, les tuiles doivent être en bon état alors ne négligez pas le remplacement de tuiles.

Tout savoir sur le desamiantage

Tout savoir sur le désamiantage

Chaque jour vous entendez peut-être désamiantage, amiante et vous souhaitez vraiment savoir de quoi il s’agit. Sachez que c’est une sage décision de vouloir en savoir plus sur ces termes-là et vous allez mieux comprendre dans la suite de cet article.

Tout d’abord, parlons de l’amiante avant d’arriver au désamiantage. L’amiante est un matériau réfractaire pouvant résister à de très grandes températures. Très longtemps utilisé dans les constructions Françaises, l’amiante est malheureusement de nos jours interdit. Que ce soit dans un produit ou les toitures vous n’êtes plus autorisé d’utiliser de l’amiante. Cela est dû à son risque très élevé de cancer et de troubles respiratoires qu’il peut causer. Toutefois, il existe encore des endroits ayant de l’amiante (surtout pour les vielles constructions) de nos jours et le plus tôt, il sera mieux de se faire diagnostiquer pour s’en débarrasser. Pour cela, il faut faire recours au désamiantage.

Comme le titre de cet article l’indique si bien « tout savoir sur le désamiantage », vivre proche de l’amiante est un risque pour la santé. Le désamiantage des lieux est la meilleure solution actuellement. Pour ceux qui ne le savent pas aussi, le désamiantage est un ensemble d’actions à réaliser pour se débarrasser ou retirer de l’amiante dans un bâtiment (maison, bateau, immeuble…) ou alors sur un matériau (Le four par exemple). Après l’interdiction de l’utilisation de l’amiante dans quoi que ce soit par le gouvernement Français, des entreprises se sont développées progressivement pour éradiquer à ce problème. Toutefois, le désamiantage doit faire recours aux règles et à la règlementation en vigueur. Ce n’est pas toute entreprise qui peut faire du désamiantage. Il doit faire l’objet des précautions particulières dû au risque sanitaire que cela représente.

Ci-dessous quelques règles associées au désamiantage que toute entreprise devrait respecter.

Respect de la réglementation en vigueur sur le désamiantage

Bien ! Toute entreprise de désamiantage devrait respecter toutes les règles en vigueur. D’abord, le désamiantage ne doit être faite que par une entreprise spécialisée, disposant non seulement d’une assurance professionnelle mais d’une certification de qualification dont nous parlerons dans la suite. En réalité, cette réglementation vient du fait que l’amiante, composé des fibres très fines, est un matériau à un risque sanitaire très élevé. D’où son interdiction en France depuis 1997.

Toute entreprise doit avoir une certification

Les risques de l’amiante aussi tôt détectés, faut bien qu’on s’en débarrasse. Mais toute entreprise n’a pas ce droit-là. Si vous êtes une entreprise de désamiantage et vous souhaitez faire des interventions dans ce sens, vous aurez absolument besoin d’une certification. Depuis le Mois de Juillet 2014, chaque entreprise intervenant sur les terrains amentifères devrait justifier de cette certification.

Toute entreprise de désamiantage doit respecter une norme fixée par la France. Il s’agit de la norme NFX 46 0 10 ( cliquez-ici pour avoir plus de détails) et démontrer de la capacité et l’expérience pour réaliser les travaux de désamiantage. C’est une obligation et aucune entreprise de désamiantage ne peut l’échapper.

J’ai déjà eu l’occasion de recommander mon confrère: Couvreur Riva ( http://couvreur-33.com/) qui a la certification et vous assurera un travail bien fait !

Protection des intervenants dans le processus de désamiantage

Toute entreprise de désamiantage doit tenir compte du respect et de la protection individuelle et collective des salariées en tenant compte des risques. Pour cela les personnes sur le terrain doivent porter des équipements offerts par l’entreprise. Il s’agit par exemple des lunettes, de la combinaison, du masque, des gants…

Respect des règles sur le traitement des déchets

Voici la dernière contrainte pour ces entreprises de désamiantage. Tous les déchets de l’élimination de l’amiante doivent être regroupés et mis en quarantaine dans un lieu isolé, caché et signalé. Pour cela vous pourrez aussi faire appel aux entreprises de qui font dans le traitement de ces déchets.

Nettoyage de façade

Les techniques de nettoyage de façade

 

Pour débarrasser votre façade des salissures, il n’y a qu’une solution : la nettoyer. Elle est attaquée tant par les intempéries que par la pollution et lorsqu’elle n’est pas entretenue, elle donne un aspect négligé à votre habitation. Mais il ne faut pas nettoyer votre façade n’importe comment, en fonction de son état, de sa taille et des matériaux qui la compose, il existe différentes techniques :
Le gommage : cette technique doit être utilisée lorsque le mur est poreux, que son épaisseur est inférieure à 20 cm ou qu’il est recouvert d’un badigeon qu’il faut éliminer. Elle est utilisée sur la brique, le béton, la pierre et le bois. Le gommage consiste à nettoyer la façade en réalisant une projection de poudre (alumine, bille de verre, calcite broyée, noyaux de fruits broyés). Un brossage permettra de faire partir les résidus de poudre après son action. Il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’eau.
L’hydrogommage : cette technique est utilisée sur les façades qui sont salies par la pollution urbaine, celles qui ont de la rouille, des graffitis ou des résidus de suie. Elle est efficace sur la pierre, le béton, la brique et le bois. L’hydrogommage est recommandé si votre façade est fragile. Elle consiste à projeter de l’eau et de la poudre pour nettoyer.
Le sablage : il est utilisé pour éliminer les peintures et les salissures vertes ou de graisses tenaces. Les façades en béton, en bois, en briques ou pierres dures peuvent subir un sablage. Cette technique est une projection de sable ou de poudre abrasive. Ce procédé permet de nettoyer sans projeter d’eau.
Le ponçage : il convient aux façades en bois et en béton. Il permet d’éliminer les peintures, les vernis, les lasures et les encroûtements noirs. Cette technique reste très agressive, elle doit donc être utilisée avec précaution.
Le peeling : sur une façade béton, en briques ou en pierres, il permet de nettoyer les poussières, les salissures urbaines et noires. Comme le ponçage, c’est un procédé de nettoyage par voie sèche mais beaucoup plus doux. Le peeling se réalise à l’aide d’un enduit à base de caoutchouc posé sur toute la façade. Il a pour effet d’absorber les salissures. Il doit rester en place jusqu’à ce qu’il soit sec. Lorsque c’est le cas, il forme un film brunâtre qui doit être retiré manuellement.
La nébulisation : elle est particulièrement efficace sur les encroûtements, les salissures noires et les poussières. Elle est principalement recommandée sur les façades en pierres mais convient également à celles en briques et en béton. La nébulisation est un ruissellement d’eau qui à elle seule nettoie la façade. Il n’y a pas de projection de matière. Une alternance entre vaporisation d’eau et brossage permet de retrouver une façade propre.
Le nettoyage haute pression : il permet d’éliminer les salissures grasses et noires, les poussières et les résidus de peinture. Ce type de nettoyage peut être utilisé sur la pierre, la brique, le béton et le bois mais il faut savoir que c’est une technique de nettoyage de façade agressive qui peut endommager votre façade si elle n’est pas en parfait état.
Le nettoyage chimique : les poussières, les encroûtements, les peintures, les salissures grasses, vertes, rouges ou noires sont éliminées par ce type de nettoyage. Il peut être réalisé sur la pierre, le bois, le béton et la brique. Avec le nettoyage chimique, un produit chimique est appliqué directement sur la façade. Le choix de celui-ci dépend du matériau et du type de salissure à éliminer.

Si vous n’avez pas le matériel adapté ou si vous ne savez pas comment faire le nettoyage de votre façade, laissez faire un professionnel. Il saura quelle technique est la plus appropriée et la mettre en œuvre pour permettre à votre façade de maison de retrouver tout son éclat ! Par ex, si vous êtes dans la région parisienne ou au nord de la capitale, vous pouvez faire appel à Europecouverture : couvreur à Gisors dans l’Oise, qui effectue un travail de qualité, autant pour les travaux de couverture que de le rénovation de façades.

Pour en savoir plus sur les obligations en matière de ravalement de façade, cliquez sur ce lien : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F640

Quel matériau pour votre toiture

126Toiture : quel matériau choisir

Pas toujours facile de s’y retrouver dans tous les matériaux proposés pour la toiture. Pour lequel faut il opter quels sont les avantages de chacun, un petit tour d’horizon pour vous aider à faire votre choix.

L’ardoise naturelle :
Un matériau noble qui confère à la toiture un certain cachet. Une très bonne résistance dans le temps on compte de nombreuses toitures en ardoise plus que centenaires, elle reste très présente sur les toits dans certaines régions.

L’ardoise fibro-ciment :
Un look presque identique à l’ardoise naturelle, c’est bien évidemment le prix qui fait tout l’intérêt de ce type de revêtement, nettement moins cher que de l’ardoise naturel. Revers de la médaille, sa durée de vie est moindre il faut compter environ 40 à 50 ans.

La tuile en terre cuite :
La plus classique qui existe en plusieurs formes selon les régions mais également en plusieurs coloris. Constituée d’éléments totalement naturels, sable, argile, … elle présente une bonne résistance aux intempéries et a une longue durée de vie. Elle reste assez bon marché pour les tuiles industrielles, un peu moins pour les artisanales qui ont nettement plus de cachet.

La tuile en béton :
Son principal avantage reste son coût qui est très en dessous d’une tuile en terre cuite, en revanche sa durée de vie est moindre et elle pèse nettement plus lourd, nécessitant une charpente plus robuste. Coté visuel les fabricants ont fait de réels efforts et vue d’en bas difficile de distinguer une tuile béton d’une tuile terre cuite.

Le zinc :
Un matériau qui a ses fans, une toiture zinc est légère c’est ce qui fait un de ses principaux avantages, de plus elle permet d’habiller des toitures plates ou aux formes très arrondies. Une bonne résistance dans le temps elle fait partie des matériaux à ne pas négliger.

Le bois :
Idéal pour une région montagneuse, le bardeau de bois offre une excellente longévité s’il a bien été traité, et une toiture en bardeaux de 50 ans n’a rien d’exceptionnelle. Le bardeau de bois confère bien évidement un look très nature et n’est donc pas adapté à toutes les toitures urbaines. Le bois doit évidemment être traité, et il peut être peint. Pour la peinture, faites appel à une bonne entreprise de peinture. Si vous êtes en Charente, nous vous recommandons l’entreprise de peinture et de couverture Rénovation Cassagrand,